CAFI Sainte livrade Noyant, camp de rapatriés d'indochine
Sortie du forum vers : Accueil - Cafi - Photos - Livre d'or - Contact 



 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Réunion du 09/09/09 avec le Préfet et le sous-préfet ..


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Rapatriés français d'indochine au CAFI Index du Forum -> A l'intérieur du Cafi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Nina
Administrateur


Inscrit le: 23 Jan 2005
Messages: 446
Localisation: 94

MessagePosté le: Sam Sep 26, 2009 16:18    Sujet du message: Réunion du 09/09/09 avec le Préfet et le sous-préfet .. Répondre en citant

Compte rendu de la réunion du 9 septembre 2009 à la préfecture d’Agen au sujet du lieu de mémoire au CAFI de Ste Livrade sur Lot en présence de Monsieur le Préfet Lionel BEFFRE, de Monsieur le sous- préfet Jérôme DECOURS, du Bureau de la Coordination des Eurasiens de Paris dont Monsieur Daniel FRECHE, Monsieur Albert VANDJOUR, Madame Nina DOUART-SINNOURETTY et de Madame Dominique ROLLAND

Nous avons présenté les faits et réflexions suivants :

Toute réflexion sur le lieu de mémoire futur ne peut s’engager sans les conclusions de l’étude préalable pour laquelle une enveloppe de 20.000 € est prévue.
Cette étude préalable n’a toujours pas été lancée, comme elle aurait du l’être en conformité avec le calendrier, 9 mois après la signature de la convention, en même temps que les commerces. Elle doit faire l’objet d’un appel d’offres, même restreint. L’équipe chargée de réaliser l’étude sera choisie à partir de cette procédure et ne peut être désignée d’office.
Cette enquête doit avoir impérativement dans son cahier des charges l’analyse des différentes hypothèses sur l’ampleur et la visibilité du lieu de mémoire : dimension nationale, régionale ou locale.
Ces différentes hypothèses supposent des montages très différents, en termes de financements et d’expertise : l’étude préalable devra les élaborer en recherchant les différents partenaires institutionnels (et éventuellement l’apport de sponsoring privé) et également en prospectant auprès des experts en muséographie, notamment ceux qui ont participé à des projets concernant le Vietnam - ou au moins l’Asie. Elle devra rechercher des partenariats possibles et des échanges d’expérience avec des réalisations existantes.
On veillera que les objectifs définis par le cahier des charges répondent aux désirs et aux besoins de la population.
L’étude préalable devra aussi se pencher sur les moyens de fonctionnement du musée : personnel, frais de gestion, et ses retombées (financières, billetterie, produits dérivés, restauration), touristique (étude de marché), culturel, pédagogique.
Il n’est pas possible d’avancer sur ce dossier et de faire des propositions concrètes avant les résultats de cette étude préalable, il faut donc qu’elle soit conduite très rapidement.
Ce n’est qu’à partir de ces résultats et des réponses concrètes à une question essentielle : est-ce qu’un projet de dimension nationale est « jouable », est-ce que les partenaires institutionnels (ville, région, ministère de la culture, musées associés) sont prêts à s’impliquer, y compris financièrement, y a-t-il une possibilité d’ajouter aux financements publics des financements privés et lesquels, que l’on pourra commencer à concevoir le projet.
La question du contenu est évidemment associée à celles qui précédent, car un musée à caractère national ou un lieu de mémoire à caractère local détermineront des choix évidents, des « scénarios » différents accompagnés d’une étude de leur « faisabilité ».
Au-delà de ces questions, si l’hypothèse nationale est choisie, les thématiques seront nécessairement plus larges et plusieurs solutions ont été déjà évoquées : un site destiné à l’histoire des migrations dans le Lot-et-Garonne, au recueil de la mémoire de l’Indochine française ainsi qu’aux relations entre la France et les pays de l’ex-Indochine. Les thématiques du métissage et de la colonisation française traversent ces deux propositions.
Pour la question du lieu de mémoire les associations doivent savoir où l’on va en s’appuyant sur ce cahier des charges défini en commun entre la Préfecture (représentant l’Etat), la municipalité de Sainte-Livrade et les associations elles mêmes.La préservation ainsi que la définition des espaces verts compris dans les limites de ce lieu de mémoire est également très importante en raison de la charge symbolique de ces espaces autour de la pagode et de l’église.
Prendre en compte les vœux de certains résidents du CAFI avec l’aménagement d’un jardin indochinois. Demander qu’un bâtiment soit préservé dans l’espace réservé au lieu de mémoire autant pour sa valeur symbolique que pour y installer un lieu de mémoire ayant vocation à prendre une dimension nationale.

Après nous avoir écoutés, vérifiés les faits, interrogés et pris des notes, il a été décidé la tenue prochaine de deux réunions : une avec le Préfet, le Sous-Préfet, la Maire, les opérateurs et les associations sur le lieu de mémoire, et une autre, publique, sur l’opération de requalification, rénovation du CAFI. Les dates n’ont pas encore été fixées.

LE BUREAU DE LA CEP
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Rapatriés français d'indochine au CAFI Index du Forum -> A l'intérieur du Cafi Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Sujet - Réunion du 09/09/09 avec le Préfet et le sous-préfet ..

Cafi Sainte Livrade